Bacaillé avait les fesses [ROUGE] de sang, des rigoles de crachat lui descendaient le long des cuisses, ses yeux [CHAVIRE] n’avaient plus de larmes, ses cheveux étaient tout [DROIT] et [AGGLUTINE] comme les poils d’un hérisson, et il tremblait comme une feuille [MORTE] qui va se détacher de son rameau et s’envoler au vent.
-------------------------------------------------------------------------------------------

Les yeux riaient, [PETILLANT] , [VIF] dans les faces [EPANOUI] par le rire, les [GROSSE] joues [ROUGE] , [REBONDI] comme de [BELLE] pommes, hurlaient la santé et la joie ; les bras, les jambes, les pieds, les épaules, les mains, le cou, la tête, tout remuait, tout vibrait, tout sautait en eux. Ah ! ils ne pesaient pas lourd aux pieds, les sabots de peuplier, de tremble ou de noyer et leur claquement [SEC] sur le chemin [DURCI] était déjà une fière menace pour les Velrans.
Ils se récriaient, s’attendaient, se rappelaient, se bousculaient, se chipotaient, s’excitaient, tels des chiens de chasse, longtemps [TENU] à l’attache, qu’on mène enfin courir le lièvre ou le goupil, se mordillent les oreilles et les jambes pour se féliciter réciproquement et se témoigner leur joie.

Louis Pergaud, La Guerre des boutons.